Le marché de la cabine de plage s’envole en Angleterre

Il y a 1 mois 149

Avec leurs couleurs vives, les cabines de plages égayent les cartes postales du littoral britannique depuis bien longtemps. Mais depuis la pandémie, la demande pour ces petits abris explose alors que les Anglais multiplient les séjours locaux à la mer. Dans sa mini-maison jaune et blanche, Melanie Whitehead contemple la mer du Nord, une tasse de thé bien chaud à la main. Cette ex-urbaniste n’utilise pas sa cabane dans son but historique - se mettre en maillot de bain à l’abri des regards — mais plutôt pour profiter du cadre tout en étant confortablement installée.

» LIRE AUSSI - Immobilier de bord de mer: la Bretagne a plus la cote que PACA

«Je déteste vraiment nager et aller dans l’eau», explique la retraitée, qui raconte avoir apprécié pouvoir s’évader dans sa cabine pendant la pandémie, quand son mari et sa fille étaient constamment à la maison. Son abri, elle l’a acheté en 2008 pour environ 6.000 livres (6.900 euros au taux actuel) à Walton-on-the-Naze, station balnéaire au public populaire de l’est de l’Angleterre où depuis plus d’un siècle les cabines de plage s’alignent sur des kilomètres, s’élevant parfois sur trois rangées en escaliers. Une affaire en or, par rapport aux prix qui se pratiquent désormais.

Interdit d’y passer la nuit

Dans la région, certaines de ces maisonnettes se sont récemment arrachées à plus de 80.000 livres (92.500 euros), explique Barry Hayes, de l’agence immobilière Boyden. Soit environ un tiers du prix moyen pour une maison au Royaume-Uni (255.000 livres). C’est loin d’être un record: une cabine de plage dans le Dorset, sur la Manche, s’est vendue ce mois-ci 330.000 livres (380.000 euros). Malgré ces prix astronomiques, les cabines sont souvent rudimentaires: la plupart n’ont ni eau ni électricité, et il est interdit d’y passer la nuit.

Celle de Melanie est un peu plus équipée: une bouteille de gaz alimente une plaque de cuisson et un four, qu’elle utilise pour faire des scones, ces petits gâteaux britanniques accompagnant souvent le thé. «C’est parfait», explique-t-elle lovée dans son canapé avec un édredon en patchwork et des couvertures colorées qu’elle a elle-même crochetées. Parmi les nombreuses cabanes louées à la journée, certaines offrent des installations bien plus confortables, voire des prestations faisant fureur auprès d’un nouveau public sur les réseaux sociaux, comme des bars à cocktails ou des baby-foots.

«Une maison de poupée pour adultes»

La plupart des locataires journaliers sont des jeunes femmes de 20 à 30 ans accompagnées de leur famille, explique Sarah Stimson, qui dirige une entreprise de location appelée Walton-on-the-Naze Beach Huts, et 70% des réservations se font via Instagram. Elle s’est lancée dans ce business il y a trois ans avec son mari. La pandémie lui a permis de réaliser sa meilleure année, affirme-t-elle. Elle affiche complet jusqu’en septembre pour les sept cabanes dont ils sont désormais propriétaires et les trois autres qu’ils gèrent. «Je pense que le Covid a incité les gens à rechercher certaines choses à faire au Royaume-Uni», qui a imposé de strictes restrictions aux frontières, explique Mme Stimson, «Cela nous a rendus un peu plus visibles».

À deux pas des énormes vagues qui s’écrasent sur l’esplanade de Walton-on-the-Naze, les habitants lisent le journal, font une sieste ou discutent, À côté de cabines nommées «Paradise Found» et «Serenity», un groupe de femmes célèbre au prosecco 60 ans d’amitié. Sarah Stimson profite, elle, de sa cabine personnelle, une petite baraque d’un vert vif, nommée Queenie d’après son arrière-grand-mère: «C’est un peu comme une maison de poupée pour adultes». Malgré des affaires florissantes, la famille Stimson n’a pas l’intention d’acheter d’autres maisonnettes de plage pour le moment, car les prix ont doublé cette année.

Une cabine moyenne à Frinton-on-Sea, ville considérée comme plus haut de gamme que Walton-on-the-Naze, se vend désormais entre 50.000 et 60.000 livres (57.800-70.000 euros) «L’année dernière, nous les vendions pour environ 30.000 livres», affirme Barry Hayes, pour qui le Covid-19 a «changé la donne». Comme les changements incessants de règles sur les voyages à l’étranger rendent difficile la planification des vacances, «cette incertitude maintiendra l’intérêt à un haut niveau pour le moment», prédit l’agent immobilier. Quelle que soit l’évolution du marché, Melanie Whitehead n’a pas l’intention de bouger, elle qui affirme pouvoir «s’installer confortablement ici, regarder la vue et oublier le monde».

À voir aussi - «Révoltée», «embêtée», «pas le choix»: réactions dans les Pyrénées-Orientales face aux nouvelles mesures sanitaires

«Révoltée», «embêtée», «pas le choix»: réactions dans les Pyrénées-Orientales face aux nouvelles mesures sanitaires - Regarder sur Figaro Live

Lire la Suite de l'Article