Immobilier dans le Gard : des prix en forte augmentation, selon la Chambre des Notaires

Il y a 1 mois 65

Publié le 15 oct. 2021 à 10:18

Conséquence d'un manque d'offre face à une demande en pleine croissance, les prix de l'immobilier dans le Gard sont en forte hausse, selon la note annuelle de conjoncture de la Chambre des notaires du Gard, présentée fin septembre. En un an, le Gard enregistre ainsi une hausse des prix médians des appartements anciens de 10,9 %, et de 5 % pour les maisons anciennes. Les volumes de vente sont eux aussi en pleine dynamique par rapport à 2020 : + 12,6 % concernant l'évolution du nombre de ventes de maisons anciennes (prix de vente médian : 210.000 euros), et + 17,8 % pour les appartements anciens (prix de vente médian : 2.170 euros/m2).

« Les hausses de prix les plus prononcées pour les maisons anciennes sont relevées dans les communes plus onéreuses que sont Villeneuve-lès-Avignon, Le Grau-du-Roi et Uzès », souligne la Chambre des Notaires du Gard. Des évolutions du prix médian sur ce marché sont également observées sur le bassin nîmois comme à Bouillargues (+10 %) et Nîmes (+9 %). « Les prix sont plus accessibles à Saint-Gilles et à Alès et son agglomération, malgré une progression de 11 % sur un an », ajoute la Chambre des Notaires du Gard. Le Gard Rhodanien et la Petite Camargue enregistrent quant à eux des baisses du prix de vente médian, notamment à Pont-Saint-Esprit (-3 %) et Vauvert (-10 %).

Représentant 33 % des ventes, ce sont les maisons de 4 pièces qui sont les plus vendues dans le département. Une nette progression a été observée dans la vente des maisons de 6 pièces et plus, qui représentent aujourd'hui 24 % du marché.

Les deux tiers des ventes dans l'ancien à Nîmes et au Grau-du-Roi

La Chambre des Notaires du Gard a observé un creusement de la différence de prix entre les appartements neufs et anciens : « le prix au m2 médian des appartements neufs est 1,8 fois plus cher que l'ancien. Ce ratio était à peine de 1,2 en 2013 », relève Pierre Devine, notaire délégué aux chiffres dans le Gard.

Dans l'ancien, les prix varient à Nîmes, entre 1.390 €/m2 dans le quartier Route de Beaucaire (+15,3 %) et 2.250 €/m2 dans le secteur Cadereau (+ 2,1 %). Dans le Gard, les prix médians les plus élevés sont enregistrés au Grau-du-Roi (3.920 euros/m2, + 5,8 %), Uzès (2.670 euros/m2, - 2,7 %) et Villeneuve-lès-Avignon (2.630 euros/m2, + 16,7 %). Les villes de Nîmes et du Grau-du-Roi concentrent respectivement 38 % et 30 % des ventes départementales sur le marché de l'ancien.

Concernant le neuf, 80 % des acquisitions d'appartements neufs se font à Nîmes. « En 10 ans, le prix au m2 médian dans la préfecture a progressé de 38 % dans le neuf et de 2 % dans l'ancien », complète Pierre Devine.

Concernant les profils des acquéreurs, 23 % sont âgés de 30 à 39 ans, 23 % ont 60 ans et plus et 22 % sont âgés de 40 à 49 ans. Les moins de 30 ans ne représentent que 12 % des acquéreurs, mais 16 % à Nîmes. Par ailleurs, la part des acquéreurs extra-régionaux progresse (de 20 à 22 %), signe d'un effet Covid qui attire vers le Gard des ménages lyonnais et parisiens. Les Franciliens et les étrangers représentent respectivement 5 % et 2 % des acquéreurs dans le Gard. Près d'un acquéreur sur deux à Nîmes résidait déjà au sein de la préfecture au jour de la vente.

Concernant le pouvoir d'achat immobilier dans le département, il est en hausse comparativement à il y a 10 ans, grâce notamment à une baisse des taux de crédit immobilier intervenue entre 2011 (3,9 %) et juin 2021 (1,1 %). « L'investissement dans la pierre reste une valeur sûre et sécurisante », constate Karine Mey-Pialat, présidente de la chambre des Notaires du Gard.

Lire la Suite de l'Article