Perl, pionnier des HLM privés déboucle une septième opération, à Vincennes

Il y a 2 semaines 36

Publié le 8 juil. 2021 à 9:19

Filiale du promoteur Nexity, et première entreprise à mission du logement, le groupe Perl continue à pousser ses pions dans le domaine social. L'entreprise, spécialisée dans l'investissement en nue propriété adossé à de l'usufruit locatif social vient d'achever sa septième opération de débouclage à Vincennes (Val de Marne).

Les 62 logements, vendus par Perl il y a une quinzaine d'années à des investisseurs privés, puis loués par l'intermédiaire de bailleurs sociaux, viennent d'être restitués à leurs propriétaires. « L'opération de débouclage s'est très bien passée : les locataires qui devaient quitter le parc social ont pu être relogés ailleurs et les propriétaires ont récupéré leur bien » indique Tristan Barrès, le directeur général de l'entreprise.

Foncier inaccessible

Le dispositif d'usufruit locatif social, créé par la loi ENL de 2006, dissocie le droit de propriété de l'usage : il permet à des investisseurs privés d'acheter des logements (neufs ou anciens) avec une décote de 30 à 40 %, à condition de le louer pendant 15 ans minimum à des locataires du parc social. Le propriétaire, qui a acquis la nue-propriété, ne s'occupe de rien : c'est le bailleur social, qui a de son côté, acquis l'usufruit, qui attribue, entretient et gère le logement.

Au bout de 15 ans, l'investisseur récupère définitivement son bien qu'il peut vendre ou relouer en gestion directe. Ce recours à l'épargne privé permet d'équilibrer des opérations immobilières dans les zones tendues, comme l'Ile de France ou les villes du littoral, où le foncier devient de plus en plus inaccessible aux bailleurs institutionnels et sociaux.

Crée il y a 21 ans, Perl a déjà permis de cofinancer en usufruit 9.400 logements sociaux, soit 375 programmes immobiliers dans 175 communes. La moitié des ventes ont lieu en dans la région, mais l'entreprise tisse peu à peu sa toile. Des débouclages se sont produits à Levallois, Saint Maur des Fossés, Issy les Moulineaux, Boulogne-Billancourt. 1.500 autres sont prévus sur les cinq prochaines années et des commercialisations sont par ailleurs en cours à Champigny-sur-Marne, Le Chesnay ou Bry sur Marne.

Couteau Suisse

« Pour les collectivités locales, nous sommes une sorte de « Couteau Suisse », capable d'intervenir selon leurs besoins » assure Tristan Barrès. Le recours à l'usufruit social permet à une municipalité d'augmenter rapidement son quota de logements sociaux, - et donc se mettre en conformité avec les objectifs de la loi SRU- même si le foncier sur son territoire est rare et cher. Le dispositif lui permet aussi de répondre à des besoins spécifiques : appartements étudiants, lutte contre l'habitat indigne…

« L'enjeu crucial pour les collectivités et les bailleurs, c'est de réussir la sortie du dispositif, ce qui requiert beaucoup d'anticipation et une collaboration étroite » martèle Tristan Barrès. Perl, qui travaille avec près d'une centaine de bailleurs, s'y prend plus de deux ans à l'avance. Il faut notamment reloger les locataires du parc social que le débouclage prive de leur logement : 18 d'entre eux l'ont été au sein du parc social de Vincennes. Un tiers des propriétaires ont aussi remis leur logement en location : en zone tendue, loi leur impose de ne pas relouer au prix fort immédiatement, mais de faire une remise à niveau sur six ans.

intertitre

Lire la Suite de l'Article