Le marché de l'immobilier neuf progresse à Nîmes

Il y a 3 jours 15

Publié le 13 oct. 2021 à 17:17Mis à jour le 13 oct. 2021 à 17:18

L'immobilier neuf repart bien dans la région de Nîmes. Le bureau d'études Adéquation recense ainsi « 47 programmes immobiliers neufs en cours de commercialisation cette année, contre 40 en 2018 et 31 en 2016 », indique Clémence Peyrot, consultante senior, à l'occasion du Lab Immo Midi Libre , organisé le 8 octobre en ouverture du Salon de l'Immobilier de Nîmes. Autre indicateur : les équipes du Crédit Agricole du Languedoc (CAL), banque leader sur les prêts aux particuliers (35 % de parts de marché), ont délivré 106 millions d'euros de financements sur les 8 premiers mois de l'année à Nîmes.

Un chiffre qui vient talonner Montpellier, où 130 millions d'euros de financements ont été accordés, sur la même période, par la banque régionale. « Les taux d'intérêt restent à un niveau historiquement bas et nous ne voyons pas de risque de hausse rapide des taux, malgré l'inflation constatée, détaille Christophe Pouzol, directeur de l'immobilier au CAL. Les durées moyennes des financements, à Nîmes, sont de 23 ans, avec un tiers des acquéreurs sans apport ».

Un nombre d'acheteurs extrarégionaux en hausse

« Le nombre d'acheteurs extrarégionaux augmente à Nîmes », constate pour sa part Karen Winkler, directrice générale de Habitec, promoteur nîmois indépendant. Parmi les points de vigilance : des prix de foncier qui explosent, « jusqu'à un doublement, voire davantage, en un an. Nous sommes concurrencés par des promoteurs extérieurs, qui s'intéressent au territoire nîmois », explique-t-elle. Aussi, les prix des logements neufs risquent de continuer à augmenter, sous l'effet notamment de la nouvelle réglementation environnementale RE 2020. Ils s'élèvent actuellement à 3.615 euros/m2 hors stationnement, au lieu de 4.496 euros/m2 dans la métropole de Montpellier, distante de moins de 50 kilomètres, selon les chiffres d'Adéquation.

Autres priorités, dressées lors de conférences organisées par Midi Libre les 9 et 10 octobre : l'importance de bien préparer son projet, en amont de la demande de financement, « et d'acheter en toute connaissance de cause, en se renseignant sur le devenir du quartier, ses projets d'aménagement, etc », ajoute Sarah Galibert-Martin, présidente de la Fnaim Gard-Lozère. Les acquéreurs « doivent tout dire, y compris les zones d'ombre dans leurs revenus : nous sommes leurs avocats avant d'aller négocier leur demande de prêt auprès des banques », a renchéri Pascal Verdoire, directeur associé de Meilleurtaux.com à Nîmes.

Lire la Suite de l'Article