La squatteuse et ses chiens saccagent la maison et les souvenirs d’un vieillard

Il y a 1 semaine 21

Des dégradations matérielles et surtout des souvenirs à jamais perdus: triste bilan pour un squat. Le tribunal correctionnel de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) vient de condamner à 5 mois de prison avec sursis une SDF de 20 ans qui était entrée par effraction dans une maison inoccupée de Huos, dans la région de Tarbes. La jeune femme, marginale, avait été repérée par les gendarmes le 4 janvier dernier alors qu’elle squattait la propriété inoccupée d’un homme de 94 ans, vivant actuellement en Ehpad, comme le rapporte La Dépêche du midi.

» LIRE AUSSI - Les histoires de squat finissent mal en général

Il lui est notamment reproché d’avoir forcé la serrure du portail d’accès à la maison du vieil homme et fracturé la porte du cellier. Elle se serait introduite dans la maison par le grenier, dégradant au passage une autre porte d’accès. Mais au-delà de ces dégâts, ce qui ne passe pas pour les proches de la victime, c’est qu’elle s’en soit prise aux souvenirs du nonagénaire.

13 chiens sur place

Un représentant de la famille du propriétaire explique ainsi que les penderies avaient été vidées et que tous les objets personnels, papiers, photos, etc. ont été mis dans des sacs-poubelles et jetés dans la cour. Cette même personne a dénombré pas moins de 13 chiens vivant sur place avec les désordres qui vont avec. En l’absence de la squatteuse mise en cause, il n’a été possible d’établir sa responsabilité sur toutes les dégradations. Notamment sur une deuxième série de dégâts après des réparations.

Si la présidente du tribunal souligne les doutes qui subsistent dans cette affaire, le procureur cité par , dénonce «cette appropriation avec dégradation» qui s’apparente à «une forme d’expulsion du propriétaire». «Toute une vie a été balayée», a-t-il souligné avant de requérir la peine maximum, un an d’emprisonnement contre la squatteuse qui avait déjà été condamnée deux fois pour vol. Elle a finalement écopé de 5 mois de prison avec sursis et de 800 euros de dommages pour préjudice moral. Le préjudice matériel sera quant à lui étudié ultérieurement après examen des devis des réparations.

Lire la Suite de l'Article