Ils estiment que leur HLM est hanté et réclament d’être relogés

Il y a 2 semaines 43

Dans l’imaginaire collectif, les fantômes auraient une prédilection pour les châteaux et les manoirs, mais pourquoi délaisseraient-ils les HLM? Dans la commune de Replonges, dans l’Ain, une famille est persuadée que son logement social est hanté, comme le rapporte Le Progrès. Le couple dormirait ainsi depuis un mois sur son balcon sous une toile de tente pour échapper à l’enfer des manifestations paranormales qu’il déclare subir à l’intérieur.

» LIRE AUSSI - Votre maison est-elle hantée? Un site donne la réponse

Leur appartement, géré par le bailleur social Semcoda (Société d’économie mixte de construction du département de l’Ain), n’a rien d’une ruine: l’immeuble date de 2016 et a été construit sur un ancien hangar. Il est propre, sécurisé mais aussi lumineux et spacieux, à en croire Le Progrès. «Ça a commencé par des ombres noires. Puis ça s’est amplifié: la lumière s’éteint, la TV s’allume toute seule, le téléphone se crypte, la vaisselle fait du bruit, etc.» ont confié au quotidien les occupants, Patricia et David.

Ils ont fait appel, dès novembre dernier, aux services d’un magnétiseur pour faire le point sur la situation. Selon lui, une entité féminine datant du XIXe siècle serait «bloquée» dans les lieux et compte bien les en chasser. C’est pourquoi ils quittent leur chambre pour des nuits plus tranquilles sur leur balcon et même en journée, ils prennent leurs précautions. Notamment en rangeant leurs affaires dans des cartons au sol, car «les chaussures, le linge, tout était projeté sur le sol».

Appel à l’aide

Du côté du bailleur social, pas vraiment versé dans le paranormal, on ne veut rien entendre de cette histoire, d’autant que le logement a déjà été loué deux fois sans encombres par le passé. Quant à se reloger hors du parc social, cela semble difficilement possible dans la mesure où le mari est en invalidité et que son épouse s’occupe de lui. Le couple en est donc réduit à lancer un appel à l’aide pour un autre logement, à défaut de pouvoir compter sur des chasseurs de fantômes.

Lire la Suite de l'Article